top of page
Rechercher

Lettre à World Athletics

23 janvier 2023


Objet : Équité dans l'athlétisme féminin


Chers membres de World Athletics dans le monde entier :


Le Consortium international sur le sport féminin (ICFS) appelle World Athletics et ses membres à rétablir l'équité pour les femmes en athlétisme.


Le nouveau projet de politique émis par World Athletics permet aux athlètes masculins DSD et transgenres de participer à des épreuves féminines s'ils suppriment leur testostérone.


Cela ne rétablit pas l'équité pour les femmes en athlétisme. Toutes les preuves scientifiques montrent que la suppression de la testostérone chez les adultes ne peut pas inverser les différences masculines significatives en matière de morphologie et de performances sportives. Les effets des androgènes sur le corps sont permanents.


L'ICFS appelle les fédérations nationales régissant l'athlétisme à rejeter la politique proposée pour les athlètes transgenres et à exiger que World Athletics reconsidère et consulte l'ICFS pour garantir l'exactitude scientifique et inclure la voix des femmes dans cette affaire.


Tout le monde dans World Athletics connaît les différences entre les performances masculines et féminines en termes de vitesse, de force et de puissance. Que les athlètes soient les meilleurs au monde, des jeunes dans un parcours de talents juniors ou des maîtres de tous âges, l'avantage des performances masculines est clair. Il n'est pas possible de supprimer cet avantage de performance.


Sebastian Coe a reconnu que l'avantage de la performance masculine est immuable et constitue une menace pour le sport féminin. Les hommes DSD enregistrés comme femmes à la naissance sont un nombre infime, mais ils ont dominé certaines épreuves féminines. Transgenre n'est pas la même chose que DSD, mais c'est le même principe d'avantage masculin. Aucun avantage masculin ne devrait être autorisé dans la catégorie féminine. Adopter la suppression de la testostérone pour permettre aux corps masculins de concourir dans la catégorie féminine est une politique erronée qui nuit aux athlètes féminines et n'est en aucun cas soutenue par la science.


Les athlètes DSD viennent généralement du monde en développement et sont supposées être des femmes dès la naissance. Les athlètes masculins qui s'identifient comme transgenres sont clairement des hommes à la naissance et sont de plus en plus nombreux dans le monde développé. Ces deux groupes ne sont pas les mêmes.

La suppression de la testostérone ne fonctionne pas. Il est également totalement impropre à une utilisation en dehors des conditions particulières des épreuves olympiques et des championnats du monde. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent du sport n'est pas de classe olympique ou mondiale ; il est géré par des bénévoles, sans processus antidopage et dépend de la bonne volonté et de la conformité volontaire. De plus, une personne transgenre ne peut pas connaître son taux de testostérone, ni savoir si le manque de médicaments a fait une différence. Il n'y a donc aucun moyen pour quiconque au sein du système de garantir la conformité.


Les fédérations membres doivent rejeter cette politique proposée et adopter des directives strictes qui protègent l'intégrité de la catégorie féminine et l'équité pour l'athlète féminine. L'éligibilité pour la catégorie féminine doit être limitée à celles qui sont biologiquement de sexe féminin.


Au nom des femmes du monde entier qui ont adhéré à l'ICFS et de celles qui ne sont pas encore conscientes que leur participation à l'athlétisme est en danger, nous vous exhortons à prendre ce moment pour reconsidérer et sauver l'athlétisme féminin pour les générations futures de participantes féminines.


Sportivement vôtre,

Membres fondateurs, ICFS

Courriel : hello@ICFSport.org





Commentaires


ICFSport Logo.png
ICFSport Logo.png
bottom of page